La coordination tsigane

Le poste de coordination tsigane, créé en 2008, est issu de la volonté du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis de favoriser l’accès au droit commun et la prise en compte des familles tsiganes en générale et des Roms récemment arrivés en France en particulier.

Le/a coordinateur/trice est une personne ressource à la disposition des travailleurs sociaux et des divers acteurs du département, qu’ils soient directement confrontés à des difficultés dans leur travail ou désireux de s’informer sur ces populations souvent méconnues, méconnaissance qui nourrit de nombreux stéréotypes et fantasmes à leur encontre.

Les formations et les accompagnements sont proposés gratuitement aux professionnels de Seine-Saint-Denis qui souhaitent en bénéficier grâce au soutien de nos financeurs. Si vous êtes hors du département, n’hésitez pas à nous contacter pour évoquer les différentes possibilités.

Missions :

  • Organiser des sessions d’information générale sur les réalités tsiganes en Europe, en France et en Seine-Saint-Denis (histoire, société, culture).

  • Proposer des séances de formation et d’échanges sur des thèmes précis (la Protection de l’Enfance, la santé, l’école, la parentalité, l’insertion socio-professionnelle etc.).

  • Intervenir à la demande sur des suivis particuliers, en soutien technique.

  • Orienter les professionnels afin de soutenir, prolonger ou pérenniser les suivis individuels.

  • Mettre en réseau les partenaires.

Télécharger la plaqette de présentation du poste

PLUS

 

Le département de Seine-Saint-Denis est le lieu de résidence d’un certain nombre de familles roms/tsiganes, appartenant à diverses communautés (Gitans, Manouches, Roms, Yéniches, Voyageurs etc.), certaines présentes depuis cinq ou six générations, d’autres plus récemment installées.

 

Les plus visibles, et les moins nombreux, sont les Roms arrivés ces dernières années de Roumanie et de Bulgarie. De nombreuses familles vivent en effet dans une grande précarité et sont confrontées à des conditions de vie qui frappent les observateurs (bidonvilles, squats).

Les services sociaux se trouvent souvent désemparés face à de telles situations, laissant alors aux seules initiatives citoyennes et associatives le soin de soutenir ces familles.

 

Devant ce constat, le Conseil Départemental et l’association Rues et Cités ont pris l'initiative de créer ce poste ayant pour objet de favoriser l’accès au droit commun de ces familles et, le cas échéant, de soutenir/coordonner le travail des professionnels impliqués. La coordination tsigane s’appuie à la fois sur une connaissance approfondie des réalités tsiganes locales et sur une connaissance des services et institutions du secteur médico-social et éducatif.

 

L’action de la coordination consiste à informer/former et, dans certains cas, accompagner les professionnels dans des suivis. En tant que personne ressource, il se tient à la disposition des différents services institutionnels mais également des associations, non pour suivre les familles en lieu et place de ceux-ci, mais afin de simplifier et de pérenniser les suivis, en reliant notamment entre eux les différents intervenants.

Il s'agit ainsi d’œuvrer à une meilleure prise en charge de ces familles dans les services de droit commun.

En favorisant la connaissance et la compréhension de la diversité rom/tsigane, un tel travail de formation et d'accompagnement ne vise pas à fournir un ensemble de solutions prêtes à l’emploi « pour réussir avec les Tsiganes » mais permet de dépasser ces blocages qui empêchent bien souvent d’entamer un vrai travail d’accompagnement.